Blog

Souvenir d'autrefois

Autrefois dans ma région, il y avait plusieurs laiteries, qui, maintenant se sont regroupées. Donc, j'ai connu ces laiteries, petites usines où se transformait le lait en beurre et en fromage. Il y avait des ouvriers pour la laiterie elle-même et aussi des laitiers qui collectaient le lait dans les fermes. Je me rappelle d'un d'eux. Il partait tôt le matin et remplissait ses gros bidons de lait de ferme en ferme, tout cela avec une charette tirée par un gros mulet gris. Son lait livré à la laiterie, il retournait avec ses bidons vides. Ce mulet étair tellement habitué à ce voyage, qu'il n'avait pas besoin d'être guidé et le conducteur en profitait pour somnoler. Lentement et sûrement, allait la bête! Elle avait l'air harassée au retour comme à l'aller, c'etait sans doute son train habituel! Puis, trois kilomètres plus loin, il y avait un bureau de tabac. Le mulet s'y arrêtait net, dans un bruit de bidons bousculés. Le conducteur tressautait et descendait chercher son paquet de gris. Après avoir discuté avec le commerçants, il retournait à son attelage. Pendant ce temps, l'animal s'était soulagé. Le véhiculerepart. Un gros coq à l'air conquéant, surement aux aguets, arrive, et en bon prince, appelle ses 3 compagnes. Cot, cott, elles arrivaient en gloussant, ébouriffées par la course pour déguster le festin. Gratte par ci, gratte par là, mais pas pour longtemps, car le buraliste avait vu la chose! Il arrive avec son seau, sa pelle et son balai. Il chasse les volailles et ramasse les crottins pour fumer son jardin. Mais demain, ce sera la même scène! J'ai tellement vu cela! Cet attelage, deux fois le même jour, passait devant la maison, le bureau de tabac étant le plus proche voisin! C'est gravé dans ma mémoire! 

Vieux souvenirs

J'avais 9 ou 10 ans, et un de mes plus grands souvenirs d'enfance est celui-là:

          Il y avait dans mon village, une famille qui, pour une raison que je ne connaissais pas, a fais passer pour folle une des leurs. Ils l'ont chassée: "Maintenant, débrouille-toi!". La pauvre! Que fit-elle?  Elle logea d'abord dans une grotte pas très loin de chez elle. Cette grotte était en haut d'un coteau et en bas il y avait une source, donc on pouvais y survivre quelques temps. Elle y restera très peu car des gens bien attentionnés lui avaient prêté une maisonnette. Elle était en plein milieu des champs, faite en dur et avec une cheminée. En ce temps là, il y avait quantité de noyers, détruits plus tard par le gel, et il y avait encore des champs entourés de murs en pierres sèches. C'était sans doute une maisonnette qui datai des vignes, car autrefois il y en avait beaucoup, et qui furent détruites par le Phylloxéra. Des noms en subsistent encore: Pied des vignes, la vigne, les vignes... Donc, elle vivait ici. Elle n'était ni voleuse, ni mendiante, ni en guenilles. De quoi vivait-elle ? Eh bien, les murailles lui ont été d'un grand secours. Elle ne mangeait pas les pierres! Mais elle pouvait manger les petits gris (lumas) qui s'y logeaient. Ces petites bêtes sortaient la nuit jusqu'à la rosée du matin et il y en avait en quantité. A ce moment, il n'y avait pas de pesticides. Mais aussi elle en vendait, car il y avait un commerçant qui passait tous les mercredis avec son camion. Il achetait les oeufs, les volailles, les lapins des fermières, et aussi les escargots. Avec cet argent, elle s'achetait l'indispensable. Il y avait épiceries et boulangeries. Nous les enfants, nous avions un peu peur d'elle, bien qu'elle ne soit pas méchante. Mais quand les rares gens lui parlaient, elle ne regardeait pas les gens en face, pas par sournoiserie, mais c'est qu'elle avait l'oeil toujours vers les murs des champs. Quand j'allais au champ aux chèvres, je voyais de loin fumer sa cheminée, comme je l'ai dit, il y avait quantité de noyers, donc elle pouvais ramasser du bois mort et peut-être aussi des noix. Les gens lui donnaient des légumes. La pauvre, elle ne faisait de mal à personne. Puis je l'ai perdu de vue, ayant partie du village. Ces choses là, les parents n'en parlaient pas devant les enfants, mais moi, c'est un souvenir qui m'a marqué

Souvenir de Noël

Nous sommes en Décembre et le mois se passe à préparer les fêtes de Noël. Alors les vieux souvenirs remontent. Plusieurs jours avant Noël, on allait à deux ou trois dans les bois chercher de la verdure, du houx, du lierre et de la mousse pour fabriquer la crèche à l'église aidés par des bénévoles. Puis dans la semaine de Noël , on allait voir le sapin illuminé au temple car dans les campagnes il y en avait peu. Là c'était magique car c'est aussi la fête de lumière. Puis autre chose, il y avait le Père Noël. Alors la veille on préparait les chaussures pour les mettre devant la cheminée. On allait se coucher en pensant à nos cadeaux. Souvent ce n'était pas grand-chose: un sujet en chocolat, un petit jouet et toujours une orange envelopper de papier doré. Mais une fois, j'ai eu un magnifique cadeau: une poupée. Elle n'était pas très grande. Elle logeait dans une boîte à chaussures, mais pour moi elle était belle car jusque là, je n'avais eu que des poupées de chiffon. Donc de bon matin, je me suis levée fébrilement pour voir. Une boîte était dans la chaise près du foyer et je dis comme ça: le Père Noël est venu jusque dans la maison. Mes parents devaient sourire. J'étais heureuse. Eh bien cette poupée existe encore car des mains expertes l'ont habillé de vêtements poitevins: une belle coiffe blanche, un beau jupon brodé et une longue jupe ornée de rubans de velours. Elle a bien vieilli.

LE TELETHON

Dire ce que vous désirez donner (du bonheur...) à travers le calendrier dont le thème et le sourire et le rire 

Nous travaillons pour récolter des dons pour la recherche contre la maladie et pour cela donner du bonheur. Nous avons confectionné un calendrier avec des dessins et des écrits se rapportant à chaque mois. Puis le plus rigolo, nous avons confectionné de petit bonhommes de neige. Una animatrice a eu l'idée de mettre des lunettes à un bonhommes. Cela nous a fait bien rire. De nos mains parfois tremblantes, nous avons mis tout notre coeur à ce travail. Tout cela pour vendre et faire de l'argent pour aider et faire sourire. Bonne chance petits amis.

Les remèdes d'autrefois

Causerie réalisée à l'EHPAD de Melle le 28 Octobre 2016

 

Après s'être présentes, les résidents ont émunéré plusieurs maladies et symptôme pour lequels ils intervenaient par des remèdes de leur composition: le rhume, le mla de gorge, la bronchite, les porbléme de foie, les migraines, les douleurs , es vers, la toux... en insistant sur le fait: "on appliquait ces remèdes avant de faire venir le médecin, si ça devenait trop grave!" puis la discussion a commencé. 

            La coqueluche: "on donnait du lait de jument ou de bourrique pour la coqueluche!". "Ma plus jeune soeur, on l'emmenait au logis de Saint Léger pour boire le lait de bourrique frais. Il fallait qu'il soit bien frais!" "On emmenait aussi les enfants respirer une source"'. "Chez nous, on le donnait aux enfants, ça faisait comme du sirop! ça calmait la toux! Il fallais pouvoir le boire, car c'étais trop gras. On donnait 2 cuillérées et ça coupait la toux! Il ne fallais pas savoir ce que c'était!" 

           Le mal de gorge: "On prenait des feuilles de lauriers cerise, que l'on cousait sur un linge (on faisait comme un colier) qu'on attachait autour du cou." "On chauffait les feuilles avant, pour les attendrir pour qu'elles collent autour du cou; ça faisait suer!" "On mettait aussi le bas que l'on venait de porter autour du cou!" "On faisait aussi des gargarismes avec des alcool forts, (rmagnac, cognac...) mais c'était plus pour les hommes!" "Nous, on buvait du lait tiède avec du miel". "Moi j'ai dit à mes enfants de m'en rapporter et ça m'a coupé le mal de gorge!"

          La bronchite: "On faisait des cataplasmes de moutarde: on enveloppait des graines de moutarde( que l'on trouvait en pharmacie) dans un linge fin mouillé d'eau tiède et que l'on appliquait sur la poitrine ou dans le dos ( suivant où on avait mal) et ça chauffait !" "Ils ont été remplacé par les Rigolos, qui étaient des rectangles, comme du carton, avec des graines de moutarde, et qu'il fallait tremper dans l'eau avant d'appliquer sur la peau." "On ne le faisait pas aux enfants, car ça brùlait la peau et qu'ils avaient une peau plus fines !" "On mettait aussi des ventouses: c'était des verres ronds, dans lesquels on mettait de la ouate (du coton hydrophile) et on y mettait le feu. On posait vite fais la ventouse à l'emplacement vouu dans le dos et quelques fois devant. On laissait la ventouse jusqu'à ce que la peau gonfle ou monte dans la ventouse." "Elle prenait le rond ! Et après on mettait son doigt sur le coté pour faire une prise d'air pour enlever la ventouse." "On en mettais 3 à 4 d'un coup". "Moi, j'en ai mis beaucoup. Mon père en etait trés rude! Et mon beau-père aussi!" "Moi, je le mettais dans tout le village, car tout le monde n'osait pas les poser!" "On faisait aussi des tisanes, à prendre bien chaudes!" "On y mettait le tilleul qu'on avait ramassé et mis sécher au grenier dans un panier." "On pouvais mettre du serpolet, une herbe que l'on trouvait dans les champs." "Ou de l'orge..."

          Le rhume et la sinusite: "Pour soigner le rhume et la sinusite, on faisait des fumigations: on achetais une bouteille de liquide très fort en pharmacie avec de la menthe et du thym... (il n'en fallait pas beaucoup à chaque fois)" "Ca sentais fort" "On faisait chauffer de l'eau boullante et on y ajoutait quelques gouttes de la bouteille, et on mettait ça dans un bol, recouvert d'un entonnoir ou d'un cône confectionné avec du carton, et on respirait la vapeur qui s'échapper!" "On mettait une serviette sur la tête pour empêcher la vapeur de s'échapper." "On pouvait aussi mettre du thym dans l'eau bouillante." " Ca débouchait le nez!" "On suçait aussi des pastilles au miel, des pastilles Valda des pulmolls, on en retrouve encore, mais ce ne sont plus les mêmes! Toujours imité,jamais égalé!" "On se mettait aussi des gouttes dans le nez" "On prenait aussi des grogs: il fallait de l'eau très chaude avec du rhum ou de l'eau de vie et du sucre". "C'était pas si bien avec la gnole, avec le rhum c'etait meilleur!" " Pour les enfants, on faisait du "lait de poule" on délayait du lait avec un jaune d'oeuf et on faisait chauffer un peu." " on utilisait aussi de la teinture d'iode: on en mettait quelques gouttes dans du laait et on buvait ça!" "Parfois on se frottait la poitrine avec!" " Il y avait aussi la ouate thermogène, ça faisait l'effet d'un cataplasme!" 

         La migraine: "On achetait de l'aspro de la migralgine qui était un liquide en bouteille. "On se mettait dans le noir et on attendait que ça passe!" "il n'y avait pas grand-chose à faire !" 

         La foie: "On faisait un régime sans oeufs, sans gras (comme les frites!) et sans alcool..."

         Les coliques et le mal au ventre: "On prenait des tisanes de camomilles et de tilleul pour calmer les gaz" "Il fallait de la chaleur sur le ventre, et maintenent on vous donne de la glace! Moi j'y comprend plus rien!" "Pour avoir de la chaluer sur le ventre, je me servais de la chaleur du fer éléctrique!" 

         Les vers: "On en voyait dans les selles, chez les enfants" "Les enfants qui avaient des vers, se grattaient le nez, l'anus." "On faisait une tisane." "ma mère l'appelait la sanguenite, et elle la faisait avec une plante du jardin." "On faisait aussi des compresse avec de l'ail écrasé qu'on mettait sur le nombril ou on en faisait des colliers" "Car l'ail , éloignait les vers!"

         Les douleurs: "Quand j'avais mal aux jambes, je m'enveloppais les jambes avec des feuilles de choux, et ça enlevait la douleur." "Moi je faisait chauffer des feuilles de Nappe et je faisait pareil. On appelait la plante la Nappe, mais ça devait être des feuilles de bouillon blanc." "On faisait aussi appel au rebouteux quand on avait quelque chose de démis, un pouce, cheville..." "Il remontais les nerfs avec le pouce. On le sentait quand ça passait!" "Ca ne durait pas, et après on était mieux!" "Quand c'était cassé, il le disait, et envoyait chez le docteur." "Quelquefois, il y avait des ratés! Pour mon mari, il avait fait plus de mal que de bien!"

          Les abcès: "Il y avait parfois des abcès provoqués par les rosier, les injections..." "On mettait dessus un pétale de lys blanc trempé dans l'eau de vie" "On pouvait mettre aussi une feuille de poireau dédoublée à la flamme, en appliquant l'interieur sur la plaie."

          A propos des injections, des piqures: "Elle etaient faites par des personnes du village. "Moi, ça me plaisait de les faire, j'avais tout un matériel!" "J'ai appris avec un médecin de niort, qui m'a fait voir comment il fallait faire! Et j'en ai fait! Les gens n'avaient pas le temps de se rendre compte!" "C'était moins facile que maintenant car il fallait faire bouillir tout le matériel!" "Moi,ma maman avait fait marquer au docteur où il fallait que je pique, car ma mère faisait les piqûres à tout le monde dans le village, et quand elle tombé malade, ça a été une obligation pour moi de lui faire!"

           Cors aux pieds: "On utilisait la pommade cochon, mais il fallait faire très attention car ça écorche si on fait déborder!"

           Pour nettoyer le tube digestif: "On prernait des granulés de charon, en pharmacie." "Et pour la constipation, on buvait de l'eau de vals ou des grains de vals." "On prenait aussi des fortifiants; comme de l'huile de foie de morue, de la quitonine du quinquinat..." "Maintenant, vous allez a a pharmacie et vous avez ce qu'il vous faut!" "C'était principalment nos parents qui utilisaient tout ça, c'etait moin cher!!! Et ça soulageait!" 

Les residents présents etaient content de faire partager leur remédes et à l'evocation de ces recettes, les commentaire teintés de nostalgie allaient bon traibn. Je les remercie d'avopir échangé avec autant d'enthousiasme ces façons de faire, qu'ils ont retrouvées et puisées dans leur mémoire. Encore merci pour ce bon moment.

       

 

 

 

 

les preparatifs de mariage

Les  noces : "c'était un tralala ! " Avant la guerre il y avait de grosses noces. On invitait la famille et les amis. Quelquefois, tous les artisans étaient invités". " Je me souviens d'un gros et beau mariage en 1937, ou il y avait 250 personnes !" C'était l'occasionn de rencontrer d'autres jeunes.

Ceux qui venaient au mariage apportaient un petit quelque chose : des volailles (pas souvent des canards), des oeufs, du fromage de chèvre.... On servait souvent du poulet pas du lapin c'etait trop ordinnaire. 

Les repas etaient composés de :

- Hors d'oeuvre : souvent des legumes crus, melons artichats, quelque fois des asperges ( pas souvent car les asperges étaient cheres!) ou de la soupe.

-  Poisson avec de la mayonnaise, comme des gros merlus cuits dans des poissonnieres, accompagnés d'oeufs durs et de tomates.

- Plat en sauce : Blanquette de veau, bourguignon, langue...

- Plat principal : poulet, canard accompagnés de légumes de saison et de haricots verts. Quelquefois il y avait du roti ou du chevreau à l'ail vert accompagné de mojhetes demi seches.

- Fromages du Poitou confectionnés par les femmes.

- Dessert : la piece montée, composée de choux à la crème fabriqués par la cuisienère, était le dessert des mariages. On pouvait aussi y manger des oeufs au lait et autres entremets accompagnés de tourteaux, gateaux secs et pain de savoie. Il ne fallait pas casser les blancs montés en neige ! Surtout pas de courants d'air car ils risquaient de retomber ! On se mettait à la porte du four pour incorporer les blancs en neige ! C'était fragile !

Pour les petits repas ces gateaux etaient faits dans un "mol" avec 2 "beurleres" et 3 pieds (recipient de la grandeur d'un plat, fermé par un couvercle avec deux poignées et trois pieds), qu'on appuyait sur la braise, et dont on garnissait le dessus du couvercle avec de la braise pour faire une cuisson comme dans un four. On se servait aussi d'un "calin" (plat allongé avec un couvercle sur lequel on mettait de la braise pour faire cuire la viande.

 

Le tout était arrosé de bon vin, du blanc, du rouge, acheté chez le marchand.

On se demande souvent ou on mettait tout ça ! Le repas durait et durait, et on ne sortait guère de table avant 4 ou 5 heures !

Les mariages se passaient souvent le matin ; on allait à pied à la mairie et à l'église. Il fallait faire un cortége ou chacun avait une cavaliere ou un cavalier. C'etait interessant et on rigolait ! Les voisins, les gens du village faisaient un feu de joie sur le passage du cortege. On mettait 3 fagots debout, de la paille et une pierre au pied avec la boite d'allumettes dessus. La mariée allumait le feu de joie et les chasseurs du coin tiraient des coups de fusils en l'air pour saluer les mariés; Et tout le monde buvait un coup au "baricaut" qui suivait la noce. " Je me souviens d'une mariée qui avait le feu pris dans son voile !" Un ruban installé entre deux chaises barrait quelquefois le chemin. La mariée devait le couper. Une assiette recueillait les pieces de la quete, et une autre offrait des cigarettes et des dragées.

La noce durait trois jours : Deux jours de preparation du repas, cuisson des volailles et des tourteaux, puis la table à mettre en place sous le hangar qu'on avait nettoyé avant.

On chantait, on dansait, on racontait des histoires, on s'amusait.

 

Lire la suite

rencontre inter generation

Pour cette rencontre avec les résidents du Clos des Tours j'ai profité du fait que mon plus jeune fils Alessandro avait un travail demandé par l'école à faire sur les personnes âgées. Sa maîtresse lui avait demandé de réaliser un questionnaire auprès d'une personne âgée; Et bien c'est auprès de 5 personnes qu'il a fait son questionnaire !! 

Les personnes ont été ravies de voir Alessandro et lui a appris plein de choses, notamment que toutes les technologies qu'il connait aujourd'hui n'existaient pas dans la jeunesse de nos seniors.

 

Je vous retranscris les questionnaires.

Raymonde  Raymonde roger

Quel age as-tu ?

91 ans

Quelle est ta date de naissance ?

9 février 1925

Ou es-tu née ?

à Champozo en Normandie

A quoi jouiez-vous à ton époque ?

a la marelle , à la corde, on faisait des rondes on papotait

Quels objets existent aujourd'hui et n'existaient pas avant ?

l'eau courante, l’électricité....

Te souviens tu d'un événement très important ?

Mon mariage (66 ans)

Te souviens tu de ce que tu mangeais quand tu avais mon age ?

du poulet, du lapin , de la charcuterie, ce qu'il y avait dans le jardin bon c’était la guerre on mangeait des rutabagas et des topinambours.

Gisèle Gisele francois

Quel age as-tu ?

92 ans

Quelle est ta date de naissance ?

18 Février 1925

Ou es-tu née ?

a kutche dans l'Oise

A quoi jouiez-vous à ton époque ?

a cache cache, a la marelle, a la corde à sauter

Quels objets existent aujourd'hui et n'existaient pas avant ?

Le téléphone, la télévision

Te souviens tu d'un événement très important ?

L'arrivée des allemands c’était épouvantable. C’était la guerre. On avait pas de pain rien du tout. Ils se servaient de nos légumes on avait plus rien. On n'avait le droit de rien faire

Te souviens tu de ce que tu mangeais quand tu avais mon age ?

des pâtes, c’était mon plat préféré.

Pierrette   Pierrette morin

Quel age as-tu ?

78 ans

Quelle est ta date de naissance ?

12 Février 1938

Ou es-tu née ?

En Charentes à la Madeleine

A quoi jouiez-vous à ton époque ?

à la marelle, monter à la corde...

Quels objets existent aujourd'hui et n'existaient pas avant ?

Le téléphone, 

Te souviens tu d'un événement très important ?

Quand j'ai eu ma mobylette

Te souviens tu de ce que tu mangeais quand tu avais mon age ?

tout je n'avais pas de plat préféré je mangeais toute mon assiette

Madeleine  Madeleine duchesne

 

Quel age as-tu ?

94 ans

Quelle est ta date de naissance ?

Mars 1922

Ou es-tu née ?

à Loizet dans les Deux Sèvres

A quoi jouiez-vous à ton époque ?

On n'avait pas grand chose et même à l'école l'institutrice ne nous laissait pas jouer

Quels objets existent aujourd'hui et n'existaient pas avant ?

l’électricité, le chauffage

Te souviens tu d'un événement très important ?

La guerre de 39/45

Te souviens tu de ce que tu mangeais quand tu avais mon age ?

On mangeait des patates, de la volaille, du lapin

 

Gerard   M brigot

Quel age as-tu ?

60 ans

Quelle est ta date de naissance ?

28 Mars 1966

Ou es-tu né ?

à Ruffec

A quoi jouiez-vous à ton époque ?

aux billes

Quels objets existent aujourd'hui et n'existaient pas avant ?

l'ordinateur

Te souviens tu d'un événement très important ?

Ma communion

Te souviens tu de ce que tu mangeais quand tu avais mon age ?

Steak frites

 

 

Les anciens s'amusent

Bonjour les papis et les mamies. Il y a quelques semaines, le Clic du Pays mellois a organisé une journée conviviale autour de la prévention. Balades dans la ville le matin, conférence l'après-midi animée par un docteur retraité, suivie d'ateliers. Il y était question du sommeil. Comment se préparer à bien dormir. Des étudiants de la maison familiale de Vitré ont particpé à la journée en animant des ateliers avec les anciens. Il y avait de la bonne nhumeur dans la salle des fêtes de Melle. La journée s'est terminée par un goûter. Voici quelques photos.

2016 09 28 d dsc6095

2016 09 28 d dsc6104

2016 09 28 d dsc6103

2016 09 28 d dsc6107

A lundi prochain. Didier.

Le coq Saint-Pierre

Bonjour les papis et les mamies. Cette semaine je vous propose une histoire de coq. Pas n'importe quel coq, celui qui trônait du haut de l'église Saint-Pierre de Melle. Une des trois églises romanes de la ville. Pas la plus connue mais peut-être bien la plus belle ! Un vilain coup de vent avait un peu chahuté le coq qui depuis quelques années, penchait de plus en plus. Avant qu'il tombe sur la tête d'un passant, la municipalité avait décidé de le descendre de son perchoir, de le redresser, puis de le remettre en place. Finalement la toiture du clocher étant abîmée aussi, l'affaire a été plus longue que prévue. Il aura fallu un an entre la descente du coq et sa mise en place. Depuis quelques jours, tout est rentré dans l'ordre. Le coq sert aussi de paratonnerre. Je vous propose quelques photos. De mars 2015, jour de la descente puis de la semaine passée, quand les ouvriers acrobates sont montés sur le clocher pour le remettre en place. Il ne faut pas avoir le vertige !!
A la semaine prochaine. Didier

2015 03 26 d dsc4875

03 coq saintpierre 6992 6933

 

07 coq saintpierre 6992 6959

 

12 coq saintpierre 6992 7604

 

15 coq saintpierre 6992 6980

 

17 coq saintpierre 6992 6992

 

22 coq saintpierre 6992 7641

Et tu coupes coupes

Je crois que mes maitres sont devenus fous mais totalement !!!

Depuis que l'association a acheté ce nouveau terrain ils n'arrettent pas de couper de tailler de se servir de cet outil qui fait du bruit et qui coupe les ronces. Mais c'est que moi je dois les surveiller pour qu'ils ne fassent pas n'importe quoi et c'est pas facil car avec toutes ces ronces sur le sol je peux pas poser une patounne par terre !!!!

Heureusement a force de couper des arbres ils ont enfin reussi à me faire un endroit ou je peux bien surveiller tout le monde sur un bon tapis de lierre ( au moins c'est moelleux pour mes patounnes !!)

 

Enfin quel chantier ils sont en train de faire !!!! ça m'épuise moi 

Le progres de 1920 à nos jours

Le 2 Octobre 2016 lors de la causerie à l’hôpital de Melle nous avons évoqué les progrès technologiques que nos seniors ont vécus. Et oui pour nous rien de plus simple que d'allumer la lumière et de se servir un verre d'eau au lavabo mais nos seniors ont connu une toute autre époque et ils sont les témoins vivants de toutes ces évolutions technologiques. Ces inventions souvent synonymes de gains de temps et de liberté ont révolutionné leurs vie en leurs permettant de gagner des heures de travail fastidieux ( la machine à laver par exemple ou le congélateur) d'autre comme l'arrivée de l'électricité ou de l'eau courante ont été vécues comme un instant merveilleux presque magique.

Et vous quelles sont les inventions dont vous ne seriez vous passer ou qui changent votre vie au quotidien ?

 

Petit tour en Charente

Bonjour les papis et les mamies. Aujourd'hui je vais vous parler… de chez vous. J'ai passé quelques heures dans votre département, à deux reprises. Tout d'abord à Barro près de Ruffec pour visiter le festival photo "Barrobjectif". Des centaines de photos exposées sur les murs du village. Un très beau festival avec parfois des images un peu difficiles, qui nous montrent la violence qui extsite un peu partout sur notre planète. Je suis également allé à Tusson. Village historique que j'ai découvert en quelques heures. Comme j'avais emmené mon appareil photo, je peux vous montrer ce que j'ai vu !! La dernière photo montre une œuvre d'une artiste niortaise, elle était exposée à la maison du patrimoine de Tusson, tout l'été. Vous connaissez ce village? A bientôt !!

2016 09 27 d300 6669

2016 09 27 d300 6679

2016 09 27 d dsc6036

2016 09 27 d dsc6041

2016 09 27 d dsc6059

2016 09 27 d dsc6028

Mais ou file le temps

Pas vraiment le temps de bloguer en ce moment allez savoir pourquoi ???

Je vous tiens vite au courant des dernieres activités en TAP car on en a fait de belles choses.

Sinon les projets avancent bien on pense recruter prochainement un volontaire en service civique pour nous accompagner sur le projet jardin des mémoires...

Et puis on peut le dire car c'est officiel depuis hier on vient d'acquerir un tout nouveau terrain. Va y avoir du boulot pour nettoyer tout ça !!!! Je vous mettrai des photos prochainement. 

Je sens que ça va encore me faire plein de travail à moi tout ça ....

Bon allez je vous laisse les chats font des bétises.

Fête de la chèvre Poitevine

Bonjour les papis et les mamies. Je vous l'avais annoncé il y a quelques semaines, Melle a accueilli samedi 17 septembre la fête de la chèvre poitevine, à l'occasion du 30ème anniversaire de l'association qui défend cette race. Une fête très réussie, beaucoup de monde. La journée a commencé par une transhumance. Un troupeau de 30 chèvres s'est baladé dans les rues de Melle, suivi par plusieurs dizaines de Mellois, petits et grands. Vraiment une belle journée!! Je vous propose quelques photos…

 

2016 09 17 d300 6296

2016 09 17 d300 6301

2016 09 17 d300 6321

2016 09 17 d300 6329

2016 09 17 d dsc4733

2016 09 17 d300 6364

2016 09 17 d dsc4735 modifier

2016 09 17 d300 6379

2016 09 17 d dsc4750

2016 09 17 d300 6470

 

Vous pouvez voir d'autres photos en suivant ce lien

Circuit des remparts ... et vieux souvenirs

Ce WE, j'ai accompagné 2 résidents du Clos des Tours à Angoulême à l'occasion du Circuit des Remparts.
Les places de parking étant très rares, nous n'avons pu nous arrêter, mais nous avons croisés de nombreuses vieilles voitures.
A chaque rencontre de vieilles voitures, c'était pour eux l'occasion de faire remonter de vieux souvenirs !
Les vieilles voitures : La meilleure route vers les bons souvenirs ?
Voilà une idée de "fil rouge" pour vos prochains entretiens ?

Lire la suite

La plage de septembre

Bonjour les papis et les mamies. Cette semaine je vous propose une balade au bord de la mer. Pas la Bretagne mais la Charente Martime, du côté de La Tremblade. L'été n'est pas terminé, autant profiter du soleil pour aller se tremper les pieds dans l'océan. Voici quelques photos faite sur la plage de la Bouvrie, à quelques kilomètres du très beau Phare de la Coubre, que j'espère bien visite un jour. Sur la plage, j'ai vi des jeunes et des moins jeunes. Je suppose que dans votre jeunesse, on allait moins facilement se baigner dans l'océan.

01 scenesdeplage 4213

02 scenesdeplage 6180

03 scenesdeplage 6186

 

07 scenesdeplage 6216

 

09 scenesdeplage 6222

 

13 scenesdeplage 6231

 

14 scenesdeplage 6233

CP CE1 Chef Boutonne le Vendredi 9 Septembre

C'est avec impatience que nous avons retrouvé le groupe de CP / CE1 pour la suite des activités péri-scolaire de Chef Boutonne.

Aujourd'hui nous sommes partis à l'aventure dans le parc à coté de la mairie pour ramasser des objets naturels qui vont nous servir pour la suite des activités. Les consignes etaient les suivantes on a le droit de ramasser mais pas de couper ou de cueillir.

20160909 154736

Le panier rempli de feuilles, plumes, branches, noix et autres nous avons fini notre cueillette en jouant à 123 soleil avant de repartir vers l'école ou les parents commencaient à arriver.

  20160909 162026  20160909 162021  20160909 162013  20160909 162008  20160909 162000 

  20160909 162004  20160909 161955  20160909 160530  20160909 160523  20160909 160518 

  20160909 160450  20160909 155114  20160909 154931  20160909 154743  20160909 154736 

  20160909 154739  20160909 155100  20160909 155107  20160909 160530  20160909 154955

 

Confrontation entre deux generations

Le mercredi 7 Septembre 2016 j'avais rendez vous avec les résidents du foyer logement de la Garenne pour que nous parlions des souvenirs d'école comme nous l'avions fait à l’hôpital de Melle.

Comme c’était mercredi et que mes enfants, Enzo (9 ans) et Alessandro (6 ans), n'avaient pas école je me suis dit que ça serait bien de les emmener pour qu'on confronte la rentrée scolaire des années 1940 et de 2016. (Et puis je me suis aussi dit que d'une part les résidents seraient contents de parler aux enfants et que les enfants pourraient se rendre compte que les choses sont bien différentes ou pas.)

Les résidents sont venus nombreux au rendez vous la salle était comble. On a même pensait un moment mettre un portier à l'entrée !!! Anita a réussi à réunir suffisamment de chaise et de fauteuils pour tout le monde et nous avons pu commencer les échanges.

Pas toujours simple avec autant de monde !! On se coupe un peu la parole on parle un peu avec son voisin.... Pour le coup on se serait cru dans l’effervescence de la rentrée scolaire.

Voici des différences que les enfants ont constaté entre ces deux époques:

La première c'est la distance que parcourrait, à pieds, les enfants pour se rendre à l'école. Des fois plus de 3 km à faire qu'il fasse beau temps ou pas. " Nous c'est le bus qui nous conduit à l'école qui se trouve à quelques kilomètres, constate Enzo."  

Et puis aussi il n'y avait pas de cantine chacun apportait son repas qu'on mangeait au coin du poêle le midi lorsqu'il faisait froid. Et en plus c'est les enfants qui s'occupait d'allumer le feu. "Nous aujourd'hui on mange à la cantine, dit Alessandro." Ils ont bien rigolé quand une dame leur a racontait qu'elle apportait une gourde avec de la piquette ou un fond de vin pour boire le midi.

Au niveau du matériel scolaire la aussi les différences sont énormes.A l'époque on avait peu de moyen financier donc les affaires comme le sac ou les chaussures passaient de frère en frère. C’était rare qu'on ait des affaires neuves et en tout cas un sac d'école devait durer toute la scolarité ! On n'avait tous des blouses et des galoches aux pieds ( grosses chaussures avec la semelle en bois qui sont aussi solides qu'inconfortables )

Et une différence qui compte beaucoup c'est les punitions de l'instituteur. Dans les années 30/40 instituteur distribuait allègrement gifle, tirage d'oreilles, coup de règles et lignes à recopier. Un enfant qui avait été puni par le maître n'osait pas aller se plaindre à ses parents sinon c’était le retour de baffe assuré !!!

08sept1 1

8sept3

08sept5

08sept4

08sept2 2

 

 

 

TAP avec les CE2

Aujourd'hui le 6 Septembre 2016 nous avons fait la connaissance de 9 élèves de CE2 à l'école de Chef Boutonne. Nous leur avons proposé de réaliser des attrapes rèves avec des objets naturels et de récuperation.

(Nous avons d'ailleurs lancé un appel pour des plumes, des perles ou n'importe quelle breloques que nous pourrions accrochée dessus.)

Les structures sont réalisées avec des jeunes branches de saule que nous avons fixées en rond avec du scotch pour nous faciliter l'enroulage du tissus.

 

Je vous mets les photos de nos petits bricoleurs qui se sont revelés tres attentifs :

Chef 11

Chef 13

Chef 12

Chef 11

    La semaine prochaine nous procederons au tissage de la toile ....